L’inspiration de Claire Delagarde, participante à Elles dansent!

Claire Delagarde, participante à ELLES dansent!, se confie à Suzanne Ledoux dans un échange touchant et nous explique, à travers son histoire personnelle, le thème de son solo réalisé lors des ateliers.

La blogueuse nommée S... m’a demandé pourquoi j’utilise les arbres comme thème de ma danse. C’est à cause de mon père. 

Avant de participer à l’atelier « Elles dansent » j’ai suivi un autre cours de danse avec un groupe de personnes sourdes (projet Corps perceptifs). Après un de ces cours, en arrivant chez moi, j’apprends que mon père est décédé. Pour moi, il représente les arbres.

Je vais vous raconter ma petite histoire. 

Je suis née au Nouveau-Brunswick. La raison pour laquelle on m’a envoyée à Montréal est due à ma surdité. Pour s’instruire, il fallait aller à l’Institution des Sourdes-Muettes à Montréal. C’était le seul établissement pour les filles sourdes catholiques francophones au Canada. J’y suis allée de 6 ans à 19 ans. C’est devenu ma deuxième famille. En moyenne, je restais 10 mois au couvent et je partais pour les vacances d’été et de Noël.

Je n’ai pas eu beaucoup de contact avec mes parents, car ils étaient loin et ils étaient bien occupés avec la famille de neuf enfants.

Le temps passe et j’avais le goût de suivre des cours d’ébénisterie au Cégep du Vieux-Montréal. J’ai pu obtenir mon DEC.

Quelque temps plus tard, mon père est venu à Montréal. Quand je venais à la maison au Nouveau-Brunswick pour les vacances, la communication était très difficile. J'ai fait appel à une interprète LSQ — Français. Avec elle, les échanges furent plus fluides. J’avais l’impression que mon père m’écoutait finalement. 

Il m’a dit que, parmi mes six frères, aucun ne semble intéresser à la menuiserie, alors que lui était charpentier et possédait de multiples outils pour travailler le bois. Mon père aurait bien aimé m’avoir comme partenaire, moi qui ai suivi un programme d’ébénisterie. Mais c’était impossible pour moi d’y retourner à cause du manque communication. Je préférais rester à Montréal. Mon père comprenait. Aussi, le fait que je sois une fille qui ai fait ses études en ébénisterie l'a laissé songeur.

Le bois est une matière vivante venant de l’arbre qui me rappellera toujours mon père. 

L’arbre me fait penser à mon père, mais toute ma vie je n’ai pas eu de rapprochement avec lui. C’est triste. Le lien vient plus du couvent qui fut ma deuxième famille. Mais je remercie beaucoup mes parents de m’avoir envoyée au couvent. Si j’étais à la place de mes parents, je crois que je ferais la même chose. Les enfants ont besoin d’affection avec la famille rapprochée et élargie.

Claire Delagarde

Bonjour Claire

Merci beaucoup pour ton mot. Effectivement, je ne pouvais être à l'atelier mercredi passé. Et comme je souhaitais finaliser l'écriture de mon texte pour une certaine date, j'ai pu, à partir de ce que Rachel et toi m'aviez dit, écrire un court passage sur ton expérience. 

Je suis toutefois vraiment heureuse d'en apprendre plus avec ce que tu me racontes ici. 

Une histoire très touchante qui démontre aussi ta grande détermination Claire. Tu as su continuer d'avancer même si tu étais coupé de presque tout contact familial. Cela a dû être difficile pour toi comme pour tes parents. Mais l'éducation et la communication que t'ont permis tes parents en t'envoyant à Montréal sont une grande chance pour ceux auprès de qui tu vis aujourd'hui. 

J'ai beaucoup de plaisir à te regarder danser. Tu es très inspirante.

C'est fou de te voir danser malgré le fait que tu n'entendes pas la musique. 

On a vraiment l'impression que la musique est en toi. Et cela parle de ce que tu as fait de ta vie.  

Comme je le dis dans le texte, lorsque je cite Sarah : « La danse n'est pas que danser », j'ajouterais ceci lorsque je te lis aujourd'hui : C'est aussi un important mode de communication dans lequel tu peux nous transmettre la richesse de ton histoire comme de tes sentiments. 

Merci Claire pour ce partage.

Suzanne Ledoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.